PRÉSERVER LES MILIEUX AQUATIQUES

La politique agricole et la prévention des inondations des années 1950 à 1990 ont conduit à la modification physique des cours d’eau par des travaux de recalibrage (élargissement et approfondissement du lit) et de rectification (suppression de méandres).

Ces travaux ont altéré le fonctionnement naturel des milieux aquatiques avec notamment :

  • une diminution de la recharge hivernale des nappes,
  • une accentuation des vitesses et des pics de crues sur l’aval de ces cours d’eau,
  • une uniformisation du lit (entrainant une érosion des berges),
  • une dégradation des habitats (colmatage, granulométrie peu variée, …) et de la qualité de l’eau.

La reconquête et la préservation de nos milieux aquatiques sont donc un enjeu majeur sur le territoire. Pour cela, le syndicat met en œuvre diverses actions qui font l’objet de phases d’information et de concertation préalables avec les usagers. Des études préalables à la réalisation de travaux sont menées afin de déterminer les potentialités (scénarios, ambitions) et les contraintes du projet (techniques, financières, juridiques, …).

Restauration morphologique du lit mineur

La morphologie naturelle des cours d’eau se traduit par la présence d’un lit sinueux (méandres), d’une végétation en berge diversifiée (ripisylve), d’échanges avec le lit majeur (débordements) et de plusieurs faciès découlements, à savoir des zones profondes et lentiques (mouilles) et des zones rapides et peu profondes (appelées radiers) dans laquelle l’oxygénation s’opère.

Les travaux assurés par le SMBAA visent donc à restaurer le fonctionnement physique des cours d’eau, retrouver des habitats variés pour la faune et la flore et améliorer la qualité de l’eau (amélioration de la capacité d’autoépuration, température de l’eau, …).

Pour cela, plusieurs solutions existent :

1/ Remise du lit du cours d’eau en fond de vallée,

2/ Création d’un nouveau lit méandriforme et comblement de l’ancien lit,

3/ Reprofilage du lit actuel par reprise des berges, mise en place de blocs épars, création de banquettes alternées et de radiers

Restauration de la continuité écologique

La continuité écologique se définit par la libre circulation des organismes aquatiques et un bon déroulement du transport sédimentaire. Les nombreux ouvrages présents sur notre territoire ont donc un impact non négligeable sur nos cours d’eau.

Les travaux assurés par le SMBAA visent donc à :

  • Assurer une continuité des organismes aquatiques sur les ouvrages de franchissement (ponts, buses, …) afin de garantir aux espèces l’accomplissement de leur cycle de vie,
  • Aménager les ouvrages transversaux dans le respect de tous les usages,
  • Aménager les ouvrages latéraux pour assurer la continuité et favoriser la connexion aux milieux associés (zones humides naturelles).

Pour cela, plusieurs solutions sont étudiées en concertation :

1/ Effacements d’ouvrage couplés à la création de radiers (seuils en pierre franchissables) pour maintenir un certain niveau d’eau,

2/ Rivière de contournement,

3/ Dispositif de franchissement (passe à poisson),

4/ Abaissement périodique ou ouverture des vannes.

Echange entre la nappe souterraine et le cours d’eau

Création d’un radier

Restauration de la ripisylve / entretien de la végétation

La végétation en bord de cours d’eau est indispensable pour le maintien des berges et la régulation de la température de l’eau. Elle constitue de nombreux habitats pour la faune. Néanmoins, l’entretien de cette végétation qui incombe aux propriétaires riverains doit être réalisé pour éviter la création d’embâcles qui augmente le risque inondation.

Dans le cadre de travaux de restauration ou pour des situations particulières, le syndicat peut réaliser :

  • un débroussaillage ponctuel de la végétation arbustive,
  • l’abattage des arbres penchés ou morts et l’enlèvement des embâcles,
  • l’arrachage, manuellement ou mécaniquement, d’espèces exotiques envahissantes (notamment la Jussie dans la Val d’Authion),
  • la plantation d’arbres ou d’arbustes afin de faciliter la reconstitution d’une ripisylve.

Restauration du lit majeur et des zones humides

Les zones humides/zones d’expansion de crues contribuent au ralentissement des ruissellements, à la dissipation des forces érosives, à la régulation naturelle des inondations, au soutien d’étiage, à la régulation et la rétention des nutriments et toxiques par interception, et absorption. Elles sont donc essentielles pour le bon fonctionnement des cours d’eau.

Afin de préserver ces zones, les communautés de communes, en appui du SAGE et du SMBAA, réalisent des inventaires participatifs de zones humides. Dans la continuité ces inventaires, et notamment avec l’objectif d’améliorer la recharge des nappes, le syndicat réalise des études et des travaux de restauration/préservation des zones d’expansion de crues et zones humides.

Amélioration de la gestion hydraulique

De par sa topographie et pour satisfaire les différents usages, le bassin versant de l’Authion est très ouvragé (vannes, madriers, clapets hydrauliques, …) avec de nombreux biefs. Néanmoins, ces ouvrages impactent fortement la continuité sédimentaire et piscicole et nécessitent une gestion fine en été (répartition des débits des différents biefs) et en hiver (risque inondation).

Afin de réduire l’impact de ces ouvrages et d’affiner la gestion hydraulique, le syndicat met en œuvre diverses actions :

  • Etude et aménagement des connexions entre les cours d’eau et leurs dérivations,
  • Analyse des enjeux liés à chaque ouvrage,
  • Actualisation des consignes d’exploitations des ouvrages,
  • Automatisation de vanne de décharges, installation d’un dispositif de mesure et d’alerte en cas de crue (secteur urbain sensible),
  • Refonte et réhabilitation du parc d’échelles limnimétriques,

L’ensemble de ces actions doivent aboutir à la rédaction d’un protocole de gestion des ouvrages.

GÉRER LA RESSOURCE
EN EAU

PRÉSERVER LES MILIEUX
AQUATIQUES

AMÉLIORER LA
QUALITÉ DE L’EAU

PRÉVENIR LE
RISQUE D’INONDATION

COMMUNIQUER
ET SENSIBILISER

ACTIONS
COMPLÉMENTAIRES