L’HISTORIQUE DU VAL D’AUTHION

Ancienne plaine alluviale de la Loire, le Val d’Authion a été pendant des siècles une vaste forêt marécageuse. C’est au Moyen-Âge, et du fait de ces terres hautement fertiles, que le Val d’Authion a vu la noblesse rurale et la bourgeoisie d’Angers entamer les premiers développements de l’agriculture.

Néanmoins, suite à une crue de la Loire en 1150, Henri II Plantagenêt (comte d’Anjou et Roi d’Angleterre) ordonne la construction d’une digue partant de Saint-Michel sur Loire. Cette construction va durer pas moins de 700 ans. Très rapidement, le paysage du Val d’Authion va se modifier : les grandes forêts marécageuses laissent place aux pâtures et aux cultures. Si cette digue permet l’assèchement des sols, elle n’est pas totalement efficace contre la Loire. En effet, de par une pente très faible sur le territoire, la partie aval du Val est submergée par les inondations liées au reflux de la Loire dans l’Authion. En 1732 est donc construit, aux ponts de Cé, un pont muni de portes. Ces portes permettent d’entraver les eaux de la Loire vers l’Authion mais empêchent également l’Authion de s’écouler, entrainant ainsi des inondations à cause l’Authion.

Cette digue, couramment appelée « la levée », a résisté à de nombreuses crues jusqu’au 19ème siècle, où la Loire a fait parler toute sa puissance (1843, 1856 et 1866). La crue de juin 1856, ayant notamment entrainée plus de 100 brèches dans la levée, est considérée comme la crue historique (et la plus catastrophique) du Val d’Authion. La plus importante de ces brèches fut celle de la Chapelle sur Loire puisqu’elle provoqua l’inondation de toute la vallée de l’Authion jusqu’à Angers.

Le 20ème siècle marqua, quant à lui, le développement des cultures de semences de fleurs et de légumes, grâce notamment au chemin de fer et à la création d’un polder fluvial unique en France par sa surface : le polder angevin. C’est Edgar Pisani, ministre de l’agriculture et député de Maine-et-Loire, qui va lancer cet immense projet dans le but de créer le plus grand pôle horticole de France :

  • L’Authion est curé, élargi et rectifié
  • 220 kms de fossés sont modifiés
  • La création de nombreux ouvrages hydrauliques
  • Une station d’exhaure (pompage des eaux de l’Authion vers la Loire) des Ponts de Cé est construite en 1974.

Ces aménagements n’étant pas suffisant du fait d’un volume d’eau prélevé supérieur à la capacité des rivières, 3 prises d’eau en Loire et le lac de Rillé ont été créés.

Aujourd’hui, le Val d’Authion possède une agriculture à haute valeur ajoutée avec notamment la production de maïs, semences chanvres. On y retrouve également la majeure partie des surfaces horticoles et pépinières.

LA FORME DU BASSIN VERSANT

LE SOL ET SON
SOUS-SOL

NOS RIVIÈRES

LE FONCTIONNEMENT
HYDRAULIQUE

OCCUPATION
DU TERRITOIRE

BIODIVERSITÉ

QUALITÉ

QUANTITÉ

INONDATIONS

USAGES ACTUELS DE
LA RIVIÈRE